Rechercher
    Abonnez-vous à la newsletter Thiriet Rechercher

    Les coulisses de la qualité par Thiriet

    Les plats cuisinés, une invitation au voyage

    Colorés et parfumés, les plats cuisinés font voyager nos sens. En compagnie de Julie Andrieu, embarquez pour l’Inde en savourant un poulet Madras, nimbé d’une onctueuse sauce au lait de coco et au curry, et accompagné d’un riz basmati tout en finesse.

    Suivez Julie Andrieu à la découverte de la confection du Poulet madras

    Rejouer Voir tous les reportages
    Partager la vidéo

    Le tour du monde des épices

    D’un bout à l’autre de la planète, les femmes et les hommes utilisent les épices dans leurs recettes, qu’elles soient des plus humbles, à l’image d’un simple riz sauté, aux plus délicates, telles un carpaccio de poisson. Et chaque fois, elles laissent l’empreinte de leur histoire culinaire et de leur terroir.

    Epices et régions du monde : une longue histoire

    Si chaque pays possède ses recettes et ses traditions culinaires, il détient aussi le secret de mélanges traditionnels, qui parfument depuis toujours ses plats emblématiques.

    En Inde, chaque famille possède sa recette de curry massala, dans laquelle entrent dix, vingt, trente épices voire plus : coriandre, ail, curcuma, gingembre, cumin, moutarde, piment, fenugrec, macis, girofle, piment… Le curry Madras, l’un des plus parfumés et des plus riches en épices, est le plus réputé. Autre mélange star, le tandoori, à base de piments, d’ail, de cumin… Délayé avec du yaourt, il parfume des aliments qui seront cuits dans le « tandoor », un grand four en terre cuite.

    Aux Antilles, on utilise largement le colombo, un mélange à base de coriandre, moutarde, curcuma et cumin, pour préparer les plats du même nom, où mijotent poulet, porc, agneau ou poisson. Il tire son nom de la ville de Colombo, au Sri Lanka. Après l’abolition de l’esclavage, les colons guadeloupéens et martiniquais firent appel à des travailleurs sri-lankais et indiens. Ceux-ci, avec les ingrédients locaux, tentèrent de reconstituer leurs massalas : le colombo était né.

    En Chine, le mélange Cinq épices relève les farces des nems et des raviolis vapeur, mais aussi le canard laqué, les poissons et les légumes. Il s’agit d’un mélange de fenouil, de badiane, de poivre du Sichuan, de cannelle et de girofle.

    Dans les pays du Maghreb, les épices chaudes prédominent. Des marmites où mijotent les soupes chorba, tajines et couscous s’échappent des arômes de ras-el-hanout (littéralement « tête de boutique » puisqu’on le trouve dans toutes les épiceries). Celui-ci se compose entre autres de cannelle, de gingembre, de coriandre, de cardamome, de muscade, de poivre, de curcuma…

    En Afrique, c’est le berbéré qui relève les mijotés typiques éthiopiens ainsi que les soupes de lentilles, les poulets grillés et les viandes mijotées. Mélange de plusieurs piments, il se parfume de cardamome, de gingembre, de cannelle, de fenugrec, de quatre-épices, de poivre noir…

    Chez Thiriet...

    Notre gourmandise ne connaît pas de frontières ! En tant qu’amateurs de bonne chère et gourmets sans cesse en quête de nouvelles saveurs, nous ne nous cantonnons pas aux spécialités hexagonales. Le monde regorge de recettes délicieuses, et nous n’hésitons pas à aller les dénicher de l’autre côté du globe pour pouvoir vous les proposer. Sushis et makis japonais, soupes chorba d’Algérie, poulet Yassa du Sénégal… Notre gamme vous permet de vous évader sans quitter votre cuisine !


    Partager l'article

    Thiriet répond à vos questions

    Quelle est la différence entre « sodium » et « sel » ? (Angèle C.)

    Le sel alimentaire désigne le sel de table. Quant au sodium, c’est une partie seulement de ce sel de table. Le « sel » est effet le nom usuel du chlorure de sodium (NaCl). Il se compose d’environ 40 % de sodium (Na) et de 60 % de chlorure (Cl). Dans un gramme de sel de table, il y a donc un peu moins de 400 mg de sodium. Pour obtenir la teneur en sel d’un produit alimentaire qui n’indique que la teneur en sodium, il faut multiplier cette dernière par 2,56.

    Voir plus de questions
    Quelle est la quantité maximum de sel autorisée dans les plats de la gamme « pauvre en sel » ? (Michèle A.)

    Si vous surveillez les apports en sel dans votre alimentation, il vous est nécessaire de connaître avec précision les quantités de sel apportées par les plats que vous achetez. Les plats de notre gamme « pauvre en sel » renferment des teneurs en sodium inférieures à 0,12 g pour 100 g (soit 0,3 g de sel).

    Quelle est la différence entre graisses saturées et graisses insaturées ? (Guillaume G.)

    Quand on parle des graisses, on regroupe le plus souvent les graisses « mono-insaturées » et « polyinsaturées » sous le terme « insaturées ».
    Globalement, les graisses saturées sont solides à température ambiante et sont souvent d’origine animale (produits laitiers, viandes, œufs…). La plupart des graisses insaturées sont plutôt liquides à température ambiante et se trouvent plutôt dans les huiles végétales (olive, colza…) et les poissons gras (saumon, sardines, maquereaux…)

    Quels sont les critères santé de votre gamme « Avantages & bien-être » ? (Mary R.)

    Les recettes de cette gamme répondent à un cahier des charges précis. Le plat doit :
    – apporter entre 315 et 385 calories par portion de 320 à 380 g,
    – contenir moins de 10 g de matières grasses par portion ou une teneur en matières grasses inférieure à 3 % (sauf dans le cas où il s’agit d’un plat à base de poisson riche en oméga 3, ce qui influe forcément sur la teneur en lipides de la recette, mais dans ce cas il s’agit de matières grasses intéressantes pour la santé),
    – contenir moins d’1 % d’acides gras trans,
    – ne pas renfermer de matières grasses hydrogénées,
    – apporter moins de 4 g d’acides gras saturés par portion,
    – offrir un rapport protéines/lipides supérieur à 2, garant d’un bon profil diététique,
    – ne pas contenir de sucres simples ajoutés,
    – apporter moins de 0,8 g de sel pour 100 g soit moins de 0,33 g de sodium.

    Pour aller plus loin, nous veillons également à ce que la recette soit formulée avec des glucides à index glycémique moyen ou bas, meilleurs pour la santé. Quand c’est possible, nous renforçons l’apport en protéines grâce à l’utilisation de protéines végétales (légumes secs, soja) ou de lait écrémé dans les sauces. Nous privilégions la présence d’acides gras mono-insaturés bénéfiques au système cardiovasculaire grâce à l’utilisation d’huile d’olive, et d’oméga 3 grâce à des produits animaux issus de la filière Bleu-Blanc-Cœur (alimentation des animaux enrichie en graines de lin), d’huile de colza ou de poissons des mers froides. Et nous veillons à l’apport en fibres en privilégiant l’utilisation de légumes secs, de légumes, d’algues ou d’ingrédients enrichis en fibres.

    Posez votre question

    Posez votre question

    x

    Nous avons pris en compte votre demande.
    Vous recevrez d'ici peu un email de confirmation
    pour confirmer votre demande.

    x

    Merci, votre abonnement à la Newsletter Thiriet
    est bien confirmé.