Rechercher
    Abonnez-vous à la newsletter Thiriet Rechercher

    Les coulisses de la qualité par Thiriet

    Les plats cuisinés, une invitation au voyage

    Colorés et parfumés, les plats cuisinés font voyager nos sens. En compagnie de Julie Andrieu, embarquez pour l’Inde en savourant un poulet Madras, nimbé d’une onctueuse sauce au lait de coco et au curry, et accompagné d’un riz basmati tout en finesse.

    Suivez Julie Andrieu à la découverte de la confection du Poulet madras

    Rejouer Voir tous les reportages
    Partager la vidéo

    A la recherche de l’équilibre alimentaire

    Pas le courage de se mettre aux fourneaux, manque de temps, plus de produits frais dans le réfrigérateur ou le cellier, ou tout simplement envie de s’offrir un petit plat qu’on ne sait pas cuisiner ? Sortir un plat cuisiné du congélateur, c’est la solution imparable ! Et qui permet aussi de s’offrir un repas équilibré.

    Respecter l’équilibre nutritionnel

    Féculents, légumes, viandes ou poissons : les plats cuisinés contiennent les différentes familles d’aliments nécessaires à l’équilibre nutritionnel. Et si la traçabilité et les modes de fabrication sont des facteurs déterminants concernant le choix de produits alimentaires, les consommateurs sont de plus en plus attentifs à leurs apports nutritionnels. Identifier un plat équilibré ? C’est tout simple, en prêtant attention à certains éléments figurant sur les emballages :

    Le rapport P/L (ou protéines/lipides). Il se calcule en divisant la quantité de protéines (P) par la quantité de lipides (L). Si le résultat est supérieur à 1, il indique un bon profil nutritionnel, avec des protéines rassasiantes et peu de lipides. Inférieur à 1, il trahit en revanche un plat moins rassasiant et plus gras.

    La teneur en sel. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), nous ne devrions pas consommer plus de 5 g de sel par jour. Or selon deux grandes enquêtes nationales de consommation (INCA 1 et INCA 2), les hommes en absorberaient 8,7 g, et les femmes, 6,7 g. Choisir des plats cuisinés à teneur limitée en sel permet de mieux en contrôler notre consommation.

    L’apport en matières grasses. Certes, ces dernières participent à la gourmandise d’un plat, en jouant sur son onctuosité et en faisant ressortir ses saveurs. Mais pour rester en bonne santé, il ne faut pas en abuser, et surtout, il faut privilégier des matières grasses intéressantes pour la santé, par exemple les huiles d’olive et de colza. On étudie l’étiquette !

    Chez Thiriet...

    Les apports nutritionnels de tous nos produits sont soigneusement calculés ou analysés en laboratoires. Notre gamme « Avantages & bien-être » répond ainsi à un cahier des charges précis, règlementant notamment le rapport P/L, la teneur maximum en matières grasses ainsi que celle des graisses saturées, et la quantité de sel. Pour finir, la composition de ces recettes est validée par une diététicienne.


    Partager l'article

    Thiriet répond à vos questions

    Je supporte mal les plats très piquants. Signalez-vous l’intensité d’un plat sur l’étiquette ? (Emeline G.)

    Nos plats cuisinés ne portent en effet pas d’indications concernant l’intensité de leur piquant car nous veillons à ce que nos recettes séduisent toutes les papilles, y compris les plus fragiles. Volontairement, nous ne proposons donc aucun plat trop piquant.

    Voir plus de questions
    Quelle est la différence entre « sodium » et « sel » ? (Angèle C.)

    Le sel alimentaire désigne le sel de table. Quant au sodium, c’est une partie seulement de ce sel de table. Le « sel » est effet le nom usuel du chlorure de sodium (NaCl). Il se compose d’environ 40 % de sodium (Na) et de 60 % de chlorure (Cl). Dans un gramme de sel de table, il y a donc un peu moins de 400 mg de sodium. Pour obtenir la teneur en sel d’un produit alimentaire qui n’indique que la teneur en sodium, il faut multiplier cette dernière par 2,56.

    Quelle est la quantité maximum de sel autorisée dans les plats de la gamme « pauvre en sel » ? (Michèle A.)

    Si vous surveillez les apports en sel dans votre alimentation, il vous est nécessaire de connaître avec précision les quantités de sel apportées par les plats que vous achetez. Les plats de notre gamme « pauvre en sel » renferment des teneurs en sodium inférieures à 0,12 g pour 100 g (soit 0,3 g de sel).

    Quelles sont les caractéristiques du riz basmati ? (Katy W.)

    On consomme des centaines de variétés de riz à travers le monde : le Surinam de Guyane, le riz rouge de Camargue, le riz arborio d’Italie… Certaines variétés sont plus appréciées que d’autres, et c’est le cas du riz basmati. Cultivé en Inde et au Pakistan, il requiert des conditions météo spécifiques et n’est récolté qu’une fois par an, ce qui explique son prix supérieur au riz long grain ordinaire. A la cuisson, ses grains s’allongent considérablement, ce qui donne des grains à la texture moelleuse, légers en bouche. Et qui ne collent jamais les uns aux autres ! Il offre aussi en bouche une saveur délicate rappelant la noix. Le terme « basmati » signifie d’ailleurs « reine du parfum » en hindi ! Enfin, le riz basmati offre un index glycémique plus bas que les autres riz.

    Posez votre question

    Posez votre question

    x

    Nous avons pris en compte votre demande.
    Vous recevrez d'ici peu un email de confirmation
    pour confirmer votre demande.

    x

    Merci, votre abonnement à la Newsletter Thiriet
    est bien confirmé.