Rechercher
    Abonnez-vous à la newsletter Thiriet Rechercher

    Les coulisses de la qualité par Thiriet

    La tarte au sucre, une spécialité du Nord

    Douceur incontournable de la cuisine Ch’ti, la tarte au sucre fait le bonheur des gourmands avec sa pâte briochée et sa garniture de sucre croustillante. On la savoure au goûter avec une tasse de thé, ou dès le matin pour un petit déjeuner 100 % douceur.

    Suivez Julie Andrieu au sein de l’atelier de fabrication de la tarte au sucre.

    Rejouer Voir tous les reportages
    Partager la vidéo

    Chimique, de boulanger, levain : des levures bien différentes

    Des pains bien gonflés, de jolies alvéoles dans la mie des brioches, des cakes bien moelleux… Sans levures, nos recettes préférées n’auraient ni le même aspect ni la même texture en bouche. Qui sont-elles donc, et quels sont leurs secrets ?

    La levure chimique, express

    Composée d’un agent basique (carbonate ou bicarbonate de sodium…), d’un agent acide (acide tartrique, sels tartriques…) et d’amidon, la levure chimique fait lever les pâtes des cakes, des madeleines, des quatre-quarts… Avec elle, pas besoin d’attente. Au contact des éléments liquides de la recette (œufs, lait, beurre…) et sous l’action de la chaleur, ses composants réagissent et produisent du gaz carbonique, ce qui permet l’action levante.

    La levure « de boulanger », garante des saveurs

    C’est la levure des brioches, des pains, des pâtes à pizza, des viennoiseries… Organisme vivant, de son nom latin Saccharomyces cerevisiae, il s’agit d’une levure de la famille des champignons, utilisée en panification ou dans la fabrication de boissons fermentées depuis la Haute Antiquité. Outre son action levante, elle génère également la formation de molécules aromatiques, qui peuvent varier selon les caractéristiques de la recette (farines choisies, durées du pétrissage et de fermentation, température durant la fermentation…) Saviez-vous que l’arôme du pain se composait de plus de 200 molécules ? Et ce profil aromatique est entièrement lié au savoir-faire du boulanger, qui dose avec expertise les différents paramètres de la panification. On trouve cette levure sous plusieurs formes :

    • Fraîche, pressée, sous forme de blocs compacts ou en vrac, elle se conserve au réfrigérateur. Elle se délaye dans un peu d’eau ou de lait tiède avant d’être incorporée à la farine.
    • Liquide, elle répond à la demande des industriels et des artisans. C’est la forme unique de la levure jusqu’en 1825, date d’introduction de la levure pressée.
    • « sèche active », sous forme de minuscules billes. Elle doit être délayée dans un liquide tiède avant d’être ajoutée à la préparation.
    • « sèche instantanée », sous forme de fines paillettes. Elle se mélange directement à la farine à sec.

    Le levain, le ferment originel

    Au tout début, les hommes fabriquaient leurs pains avec du levain, simple mélange de farine et d’eau laissé à reposer. Des germes naturellement présents s’y développent, comme des levures et des bactéries acidifiantes. Il confère certaines caractéristiques au pain, notamment un goût légèrement acidulé grâce aux acides lactique et acétique produits par les bactéries, et une mie moins régulière, rustique et assez dense.

    Chez Thiriet...

    Nous sommes particulièrement attentifs à l’aspect de nos brioches et recettes à base de pâtes levées qui doivent présenter, à la coupe, une mie aussi régulière que possible, et offrir des saveurs gourmandes et fondre en bouche. Toutes nos brioches et briochettes sont donc réalisées avec de la levure de boulanger pour obtenir le résultat qui donnera la plus grande satisfaction.


    Partager l'article

    Thiriet répond à vos questions

    Le sucre roux est-il forcément toujours issu de la canne à sucre ? (Emeline D.)

    Pas toujours : il peut aussi s’agir de sucre blanc de betterave raffiné, simplement teinté par ajout de mélasse. Pour savoir à quel type de sucre on a affaire, il suffit de bien lire les emballages pour y repérer la mention « sucre de canne ».

    Voir plus de questions
    Qu’est-ce que le sucre « spécial confitures » a de spécial ? (Tiphaine F.)

    Il s’agit d’un sucre auquel on a ajouté un faible pourcentage de pectine de fruits (moins de 1 %) et d’acide citrique. Ces ajouts favorisent la prise des marmelades, gelées et confitures, particulièrement quand les fruits employés contiennent peu de pectine (cerises, fraises, poires…)

    Comment fabrique-t-on le sucre en cubes ? (Paul P.)

    Ces cubes de sucre au look « brut », qui accompagnent les boissons chaudes, sont obtenus par concassage de gros morceaux de sucre cristallisé.

    Comment la levure de boulanger parvient-elle à faire lever les pâtes ? (Karine P.)

    Une fois mélangée à de l’eau et de la farine, la levure transforme les sucres des éléments avec lesquels elle est en contact en alcool et en dioxyde de carbone (CO2), gaz naturellement présent dans l’air. C’est ce qu’on nomme la fermentation alcoolique. L’alcool s’évapore mais le dioxyde de carbone va être emprisonné dans la pâte grâce à l’action du gluten, qui forme une sorte de filet élastique dans la pâte, retenant les petites poches de dioxyde de carbone. Ces dernières forment les alvéoles de la mie, exercent une pression sur le réseau de gluten, et la pâte gonfle.

    Posez votre question

    Posez votre question

    x

    Nous avons pris en compte votre demande.
    Vous recevrez d'ici peu un email de confirmation
    pour confirmer votre demande.

    x

    Merci, votre abonnement à la Newsletter Thiriet
    est bien confirmé.